Le projet La jeunesse se raconte : Des voix s’élèvent contre la violence pour le changement  est guidé par les principes de

  • collaboration
  • facilitation interactive et collective
  • clarté et équité de la gouvernance

Notre volonté d’adopter un processus profondément collaboratif n’efface aucunement les écarts de pouvoir social et professionnel, mais tend plutôt à les reconnaître à chaque étape du projet, tandis que nous mettons au point des méthodes de recherche et obtenons des données tout en côtoyant les jeunes co-chercheurs.
Notre responsabilité à l’égard du processus collaboratif comprend aussi des moyens d’appuyer un processus de collaboration émergent et négocié avec les jeunes co-chercheurs.
Notre structure de gouvernance ─ qui tient compte du rôle essentiel du Conseil consultatif national de la jeunesse─ prête attention au besoin qu’ont les jeunes de jouer un rôle équitable et sans équivoque, où ils pourront agir en tant que partenaires de la recherche à toutes les étapes du projet.
Par notre engagement envers la jeunesse, nous espérons mettre en lumière comment les jeunes peuvent se sentir libre d’agir et :

  • contribuer à la mise sur pied de communautés plus vibrantes, plus inclusives et plus saines
  • identifier de nouveaux modèles de programmation pour et avec les jeunes et
  • établir des politiques publiques qui fournissent un éclairage sur les réalités de la violence suscitée par la race, la classe et le genre qui orientent et limitent la santé des jeunes canadiens et qui sont alimentées par ces réalités

Pour obtenir la description complète de ces principes et de leur mise en pratique dans le cadre de notre engagement, cliquez ici.